Navigation – Plan du site
Prix AFEC

L’internement au Canada durant la Seconde Guerre mondiale : le camp n° 33, 1939-1946

War prisoners in Canada during the Second World War : the case study of Camp 33 (1939-1946)
Lucile Chaput
p. 129-147

Résumés

Durant la Seconde Guerre mondiale, vingt six camps d’internement furent mis en place sur le territoire canadien. Cet article entend aborder cette thématique complexe qui fut trop souvent l’objet de simplification mémorielle. Plus précisément, cette recherche tente d’éclairer les politiques d’internement mises en œuvre par le gouvernement canadien, mais aussi les pratiques et les modalités de ces différentes mesures au regard du camp de Petawawa, en Ontario. Ce dernier reçu dans un premier temps des « étrangers ennemis », des membres du Parti communiste et des citoyens suspectés de fascisme. Puis le camp hébergea des Canadiens d’origine japonaise, mais aussi des membres de la marine marchande ennemie, ainsi que des soldats et officiers allemands. En s’appuyant en grande partie sur les archives du ministère de la Défense nationale, on examinera ici le camp de Petawawa, souvent négligé dans l’historiographie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

I - Camps d’internement ou camps de concentration ? Quelques éléments de définitions
II - Le camp n° 33 : qui furent les internés ?
III - La vie quotidienne dans le camp : des traitements différents selon les catégories d’internés ?
IV - Lutter contre le développement de l’idéologie nazie au sein des camps d’internement : des programmes de rééducation à l’opération PERHUDA
V – L’influence de la chronologie sur le traitement des internés : réciprocité, menaces de représailles et fin de la guerre
VI – Des politiques d’internement diverses et complexes
Conclusions et perspectives de recherche

Aperçu du texte

Au Canada, de 1939 à 1946, renouvelant l’expérience des camps déjà expérimentés lors de la Première Guerre mondiale, le gouvernement fédéral mit en place vingt-six lieux d’internement sur tout le territoire. Ils ont été les lieux de vie de prisonniers de guerre allemands envoyés par les Britanniques, mais aussi de civils souvent citoyens canadiens. Parmi eux, on compte de nombreux communistes, fascistes, mais aussi des civils d’origine italienne, allemande ou encore japonaise, désignés comme « étrangers ennemis ». Cet article vise donc l’analyse de ces mesures de prévention qui entrainèrent la restriction et la privation de liberté de nombreux hommes et femmes, soldats ou civils. De tels dispositifs visant des « suspects » plus que des coupables questionnent profondément les pratiques démocratiques. Il s’agit ainsi de se pencher sur le phénomène de l’internement en temps de guerre qui amène à s’interroger sur certaines politiques mises en œuvre par des pays démocratiques et implique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Chaput, « L’internement au Canada durant la Seconde Guerre mondiale : le camp n° 33, 1939-1946  », Études canadiennes / Canadian Studies, 81 | 2016, 129-147.

Référence électronique

Lucile Chaput, « L’internement au Canada durant la Seconde Guerre mondiale : le camp n° 33, 1939-1946  », Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://eccs.revues.org/772 ; DOI : 10.4000/eccs.772

Haut de page

Auteur

Lucile Chaput

Lucile Chaput a obtenu le prix de l’AFEC 2015 pour le meilleur mémoire de Master, en histoire du Canada. Son mémoire intitulé L’internement au Canada durant la Seconde Guerre mondiale : le camp de Petawawa n°33, 1939-1946 a été soutenu à l’Université de Rennes 2 en 2014. Ce travail de recherche a été réalisé dans le cadre d’un échange universitaire avec l’UQAM et dirigé conjointement par Marc Bergère et Magda Fahrni.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • Revues.org