Navigation – Plan du site

La littérature québécoise dans la mondialisation : littérature migrante et reconstructions identitaires

Quebecois literature and global change, revisiting identities
Bernard Emont
p. 85-104

Résumés

Alors que dans les années 1960-70, les littératures québécoise et canadienne-française se définissaient essentiellement, en fonction d’un territoire, leur cheminement global est marqué par l’effet de la mondialisation. L’abaissement des frontières physiques et médiatiques dans un monde ouvert, et une plus grande valorisation des personnes issues de l’émigration a permis le développement d’une littérature spécifique, dite « migrante », caractérisée par une plus grande prise en compte des identités d’origine dans la volonté d’insertion face à celle du pays d’accueil – ce qui ne va pas, souvent, sans conflits. D’autre part, la grande mobilité qui caractérise la vie moderne, et les croisements identitaires multiples qu’impose la mondialisation, ne sont pas sans incidence sur le comportement des Canadiens dits « de souche », et sur le contenu des œuvres qui les mettent en scène. En témoignent deux romans récents, Nikolski de Nicolas Dikner, et Mort-Terrain de Biz, qui voient s’effectuer une laborieuse recomposition identitaire chez leurs protagonistes, à partir d’une identité de base, rendue problématique par les multiples influences exercées par le monde nouveau, et le souci de chaque individu de se les approprier au sein d’une synthèse dont le moi est le catalyseur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Introduction
Mondialisation et littératures migrantes au Québec
Mondialisation et recomposition identitaire chez les Canadiens-français de souche : Nikolski de Nicolas Dickner et Mort-Terrain de Biz
Crise d’identité et lente recomposition identitaire au Québec, dans Mort-Terrain de Biz (2014)
Clefs pour une théorie littéraire des effets de la mondialisation
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Il fut un temps où, en littérature comme en politique, les Canadiens français choisissaient de s’identifier à un territoire : celui du Québec. Cette période, contemporaine de la révolution tranquille (1960-1970) et même au-delà, donna d’ailleurs lieu à une nouvelle dénomination du champ littéraire : la littérature, longtemps qualifiée de « canadienne française », devint la littérature québécoise ; les autres littératures canadiennes de langue française devant se définir conséquemment par rapport à d’autres territoires. Ainsi naquirent les littératures acadiennes, la littérature franco-ontarienne, la littérature franco-albertaine, fransaskoise, etc.

Certes, il s’agissait plus d’un pays « réinventé », d’une appartenance choisie, façonnée par le regard de l’écrivain, au moins autant que par la géographie, mais avec le parti-pris de ne pas occulter ses aspects les plus improbables ou dérangeants, contrairement à ce qu’avaient fait jusque-là des auteurs soucieux d’utopie ou de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Emont, « La littérature québécoise dans la mondialisation : littérature migrante et reconstructions identitaires », Études canadiennes / Canadian Studies, 81 | 2016, 85-104.

Référence électronique

Bernard Emont, « La littérature québécoise dans la mondialisation : littérature migrante et reconstructions identitaires », Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://eccs.revues.org/766 ; DOI : 10.4000/eccs.766

Haut de page

Auteur

Bernard Emont

Docteur de L'université de Bordeaux en littérature québécoise et canadiennes d'expression française et titulaire de l’HdR de l’université Paris IV Sorbonne, Pendant 6 ans, Bernard EMONT a été professeur dans plusieurs universités canadiennes (Trent, Sherbrooke et Moncton dont il est professeur associé). Il est correspondant du CRELIQ de l’Université Laval. Il a été chargé de cours pendant plusieurs années au CIEF de Paris IV. En 2007 il fonde le Centre d'étude du Québec et des Francophonies D'Amérique du Nord. Il est l’auteur ou co-auteur de 7 ouvrages sur le Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • Revues.org